Gros plan sur les Courses Partagées de Sherbrooke

Les Courses Partagées sont un évènement hebdomadaire où coureurs et co-coureurs se rencontrent pour partager le plaisir de la course à pied : cette semaine, nous mettons la lumière sur l’organisation de Sherbrooke !  Sherbrooke, c’est le lieu d’origine du mouvement, en plus d’être le point de départ de l’entreprise Kartus.

Marc Therrien

Marc Therrien, neurologue et coureur passionné, se posait toujours la même question lors de ses performances : « Je cours pour qui, je cours pour quoi ? ». De cette réflexion est né le désir d’intégrer les personnes à mobilité réduite dans la course à pied. Dans son travail de neurologue, Marc voyait régulièrement des personnes en situation de mobilité réduite. Comme il le mentionne :

« En [tant que professionnel de la santé] traitant certaines maladies, on se rend aussi compte du besoin profond pour les gens de bouger, de briser leur isolement. L’esprit des Courses Partagées, c’est également de procurer ce bien-être du plein air en complément. »

 Seul bémol : les fauteuils disponibles pour la course n’étaient pas au point. C’est donc en s’associant avec la faculté de génie de l’Université de Sherbrooke que les premiers prototypes de Kartus sont nés. D’ailleurs, connaissez-vous la signification du nom Kartus ? Il s’agit d’une contraction avec Kart et US, acronyme de l’Université de Sherbrooke. Le US fait également référence à l’intégration de la communauté, représentant
le « nous ».

Marc Therrien en entrevue

Sherbrooke

Ayant grandi à Sherbrooke, Marc Therrien voulait redonner à cette ville extraordinaire en créant un mouvement inclusif. De fil en aiguille, des partenaires se sont greffés à l’initiative : la ville de Sherbrooke, la boutique le Coureur, l’Université de Sherbrooke ainsi que Kartus. L’achat de 5 fauteuils, à l’été 2015, a permis de lancer l’organisation. Il s’agissait avant tout de créer un mouvement : un modèle qui peut être reproduit dans différentes villes et différents contextes, toujours dans le même esprit d’inclusion. Pourquoi ne pas envisager les Courses Partagées de Tokyo, Toronto ou Boston dans un avenir proche ?

D’initiative citoyenne à organisme communautaire

Au fil du temps, les courses ont évolué, devenant une véritable organisation.

«D’être devenu un organisme sans but lucratif ajoute plusieurs éléments positifs aux Courses Partagées de Sherbrooke. Entre autres, [cela] favorise l’avancement de plusieurs projets avec des partenaires incluant la Ville de Sherbrooke. Le comité et les membres apportent beaucoup d’idées et contribuent à leur développement. [Cela] fait grandir encore davantage l’esprit de famille. Cette organisation permet aussi d’enraciner l’activité pour sa pérennité. »

Marc Therrien

Les participants de Sherbrooke ont ceci de particulier qu’ils sont nombreux à demeurer en CHSLD. La tenue des courses, le mercredi matin, intègre des gens de tous horizons, qu’ils soient étudiants ou retraités. La communauté ne cesse de grandir, tissant des liens toujours plus solides, depuis 2016. Un sentiment d’appartenance fort fait aujourd’hui la fierté de l’organisation. Marc Therrien en est d’ailleurs très fier :

«Au-delà des chiffres et de la structure croissante, ce qui dépasse de loin ce que j’avais envisagé est la beauté, la chaleur et la profondeur des échanges humains qui s’y vivent dans chaque endroit où ça se développe. Aller aux Courses Partagées est pour moi et pour la majorité des participants un ressourcement tellement plus grand que ce que je pouvais oser rêver! Les Courses Partagées auront [sans doute] dans 10 ans transformé des vies un peu partout sur la planète, de bien des façons que je ne peux même pas imaginer. »

Une promenade autour du magnifique Lac des Nations, ça vous intéresse ?

Pour en savoir plus sur les Courses de Sherbrooke : http://www.coursespartagees.com/

L’équipe des Courses Partagées de Sherbrooke